Pour une relation adulte-enfant plus sereine.
Tous les parents souhaitent le meilleur pour leurs enfants.
Certains jours, tout se passe bien. 
Et d'autres jours, c'est plus difficile.

Découvrez les ateliers Faber et Mazlish, des réflexions, des idées,...

Eduquer son enfant remet en cause beaucoup de nos principes,
de nos croyances et de nos valeurs.

Aidons-nous à grandir ensemble et avec plaisir.
Trouvez des pistes de réflexions à vos interrogations

Participante et animatrice des ateliers Faber et Mazlish, je souhaite relater un échange que j’ai eu avec ma fille.

Un matin, ma fille installée sur le canapé me tend le cadran de sa montre. Elle me montre que l’aiguille est sur le 8 et elle annonce : “Il est huit”.
J’ai acquiescé en précisant que la grande aiguille indiquait le chiffre huit. Seulement, l’heure indiqué sur la montre ne correspondait pas à l’heure réelle. Ni une, ni deux, ayant encore la montre dans la main, je la mets à l’heure. Ma fille me la reprend des mains avec un grand cri et la jette à travers la pièce. Elle pleure de colère et me repousse.

Je lui réponds “Je vois bien que quelque chose t’a mise très en colère et qu’on ne peut pas jeter les objets”. Elle continue de pleurer et proteste plus fort dès que je m’approche d’elle.

Surprise et désarçonnée de cette réaction, commençant à ne plus supporter ces pleurs, je m’éloigne en pensant “elle est de mauvaise humeur sans raison”. Après quelques minutes de réflexion, eurêka, j’ai compris!

Je reviens près d’elle et je lui dis : “Tu es très énervée car tu souhaitais que je te rende la montre sans modifier l’heure”. Elle me confirme en me faisant signe de la tête. Elle est restée contrariée sur le canapé encore quelques instants puis elle est partie regarder un livre.

Grace à cette expérience, j’ai pris conscience le fait de mettre à l’heure cette montre a été un automatisme. Ce jour-là, mon action et son attente ont été en dissonance ce qui a provoqué sa réaction.

Lors des ateliers Faber et Mazlish, la première partie des rencontres consiste à prendre conscience de l’impact de nos mots. Avec les participants, on s’aperçoit que des paroles, même avec une bonne intention, peuvent être maladroites et nous faire ressentir des émotions désagréables. Dans ce cas, ce fut un geste conditionné.

Et vous, avez-vous déjà vécu ce type de situation ?

.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour en savoir plus et/ou s'inscrire aux ateliers, contactez-moi :
carole@auplaisirdegrandir.com

06 18 41 48 97